Jusquà fin septembre 2021 : Exposition Mougins Monumental de Davide Rivalta

Exposition Mougins Monumental de Davide RivaltaUne idée de balade en famille !

Quand la ménagerie retrouve sa liberté

Gorille, rhinocéros, babouins, guépard, lions, buffles, loups… Une vingtaine d’animaux de plusieurs mètres de haut ou de long, sculptés par Davide Rivalta, en liberté dans les rues Mouginoises…

Tous rencontrés en captivité lors de voyages, les animaux sculptés par Davide Rivalta s’émancipent de leur cage et retrouvent leur liberté grâce au travail de l’artiste. Faite de bronze ou d’acier, d’aluminium ou de résine, la ménagerie est libérée de ses chaines et de ses bourreaux et lâchée dans les ruelles de Mougins village et les jardins de la chapelle Notre-Dame-de-Vie. Un rhinocéros, a quant à lui continué sa course jusqu’à l’esplanade de Scène 55.

Volontairement posés sans socle, disposés dans des espaces non clos, sans aucune barrière alentours – le message de l’artiste est clair – rendre hommage aux modèles de ses œuvres qu’il a croisés sur son chemin. Ces animaux toujours captifs, enlevés comme par magie, celle de l’art, pour vivre sur nos places, dans nos ruelles, une nouvelle réalité. Et la surprise de taille sera à voir, place du lieutenant Isnard où une bête de 3m de haut et de plus d’une tome et demie de bronze en émerveillera plus d’un !

Infos :

– Un plan des œuvres est disponible à l’Office de Tourisme pour découvrir les « Visiteurs inouïs » pendant votre balade à Mougins.

– Les enfants disposent de leur propre plan, ludique, pour découvrir l’exposition autrement.

– Exposition réalisée par la ville de Mougins en partenariat avec AP Projets d’Art SA et Fonderia Artistica de Carli

 

Village, Chapelle Notre Dame de Vie et Scène 55

Renseignements : Scène 55 au 04 92 92 55 67

 

Du 24 avril au 30 novembre 2021 : Exposition photo « Nos magnifiques voisins » de Pierre Escoubas

Exposition photo "Nos magnifiques voisins" de Pierre EscoubasL’exposition photos de Pierre Escoubas est consacrée à la diversité et à la beauté souvent exceptionnelles de la faune et de la flore de la Côte d’Azur.

Pierre Escoubas photographie insectes et animaux sur fond blanc, extraits de leur environnement naturel. Il présente son travail sur de grands formats, au coeur du jardin.
Ce travail épuré, qui se joue des échelles, provoque chez le spectateur la surprise et souvent l’émerveillement, par la découverte de formes et de couleurs insoupçonnées.
C’est aussi l’occasion de prendre conscience de la richesse et de la fragilité de la nature.

Télécharger le dossier de presse de l’exposition « Nos magnifiques voisins »

Entrée plein tarif : 4€

Horaires
• Printemps (ouverture 27 mars) : 10h00 à 17h30
• Eté (mai – août) : 10h00 à 19h00. Fermé le 1er mai
• Automne (septembre – novembre) : 10h00 à 17h30
Fermé du 1er décembre au dernier samedi du mois de mars

Les Jardin du MIP (Musée international de la Parfumerie)
979 chemin des Gourettes,
06370 Mouans-Sartoux – France
Tél. : +33 (0)4.92.98.92.69
Parking gratuit

 

 

Du 17 octobre 2020 au 23 janvier 2022 : Sosno Squatte l’Antique

SosnoExposition exceptionnelle de plus 70 œuvres de Sacha Sosnosur le site antique de Cemenelum et dans le Musée d’Archéologie de Nice / Cimiez.
Artiste reconnu, peintre, photographe, sculpteur et théoricien de son propre cheminement artistique, Sacha SOSNO fait l’objet d’une grande exposition organisée par le Musée d’Archéologie de Nice Cimiez, sur le site antique de l’ancienne cité de Cemenelum. Plus de 70 œuvres sont présentées in situ, exposées parmi les vestiges romains (mis à jour durant les importantes fouilles archéologiques conduites de 1950 à 1969) et dans les salles du musée.
L’artiste serait-il un squatteur? L’exposition présente la liaison entre l’art contemporain qui symbolise la création esthétique et l’art antique, source d’inspiration et représentation d’une mémoire collective.

L’artiste serait-il un squatteur ?

L’exposition « Sosno squatte l’Antique » présente la liaison entre l’art contemporain qui symbolise la création esthétique et l’art antique, source d’inspiration et représentation d’une mémoire collective. Cette exposition d’envergure présente, notamment, les variations et variantes de la technique de l’oblitération, dont Sacha SOSNO a été l’initiateur et dont le principe est « Cacher pour mieux voir » : Silhouettes figurées par le vide dans des panneaux d’acier rectangulaires de couleur, vides rectangulaires ou carrés dans des sculptures classiques, têtes carrées, personnages plats, assemblages…
En squattant l’intégralité du musée et du site archéologique, l’exposition s’inscrit dans cette volonté d’oblitération, de cacher pour mieux montrer. Exposer Sosno pour mieux révéler la beauté de notre patrimoine culturel antique !
Cette exposition démontre aussi le lien étroit entre Sosno et l’archéologie et surtout, l’intemporalité et l’universalité de son œuvre.
Bertrand Roussel, Directeur des Musées d’Archéologie de la Ville de Nice souligne : « L’Antiquité est souvent considérée comme une période ancienne et poussiéreuse. Il paraît donc important de créer un dialogue entre cette époque et la modernité. Qui mieux qu’un artiste pour construire ces passerelles ?
Sacha Sosno a beaucoup utilisé des figures antiques pour les oblitérer, dès lors, il nous a semblé indispensable de proposer un dialogue entre le site archéologique de Cimiez et les œuvres de Sacha Sosno.
C’est pour cette raison que nous organisons cette rencontre entre l’antique Cemenelum et le grand artiste qu’est Sacha Sosno. »
Le Directeur du musée a choisi les œuvres présentées et leurs emplacements d’installation sur le site extérieur et à l’intérieur du musée avec Mascha Sosno, épouse de l’artiste disparu en 2013 : les grandes sculptures d’acier trouvent place parmi les vestiges. Poséidon, les Grands Torses et les Colonnes jouxtent les thermes antiques, tandis que d’autres Têtes carrées et Colonnes recadrent les perspectives, en leur prêtant leurs formes et en offrant de nouvelles visions du site antique de Cemenelum. A l’intérieur du musée, réparties entre les deux étages, d’autres sculptures, de plus petite taille, sont exposées à côté des chefs-d’œuvre antiques du musée et proposent ainsi un panorama unique et complet de l’œuvre de SOSNO. Cette exposition, présentée par le Musée d’Archéologie de la Ville de Nice est donc l’occasion exceptionnelle de redécouvrir toute l’envergure créative du célèbre artiste, sous différentes formes d’expression, dans une réjouissante confrontation par-delà les siècles .

Sosno au musée d’archéologie de Nice : Le temps des retrouvailles

Alexandre Joseph Sosnowsky, dit Sacha Sosno, est né en 1937 à Marseille d’un père originaire d’Estonie et d’une mère niçoise. Durant son adolescence, la famille de Sosno s’installe à Nice, plus précisément au Regina, à quelques pas du site archéologique de Cimiez ! Dans cette sublime résidence, qui fut l’hôtel de la reine Victoria, il rencontre Henri Matisse, qui n’est autre que son voisin. Surtout, tout près de là, il y a le jardin des Arènes de Cimiez qui devient son terrain de jeux. De là, il voit le site de l’antique cité de Cemenelum qui l’inspire déjà probablement, peut-être même sans qu’il s’en rende compte. Ces magnifiques vestiges d’arènes et de thermes, de rues et d’habitations sont certainement à l’origine de sa future démarche artistique et de ses créations à venir. Comment ne pas voir un lien entre ces vestiges qui laissent place à l’imagination, qui dévoilent partiellement la vérité, et les œuvres oblitérées de Sosno dont le principe est de cacher ou de ne révéler qu’une partie de la réalité pour mieux la dévoiler? Ce site d’une antique cité habitée, désormais devenue musée, Sosno ne cessera de s’en inspirer, disant que, pour lui, l’art et l’architecture ne font qu’un. A tel point qu’il utilisera la ville et l’urbanisme pour rendre l’art accessible à tous ! Notamment, en créant des sculptures habitées, comme la célèbre Tête Carrée, accueillant les bureaux de la bibliothèque régionale ou bien encore le Guetteur.

Sosno, l’archéologie et la figure antique: Une longue et intime histoire

Après des études aux Beaux-Arts de Paris, Sosno effectue son service militaire à Toulouse en 1962. Durant cette expérience, après son adolescence passée à côté du site archéologique de Nice Cimiez, il découvre cette fois le plus grand gisement de tombes gallo-romaines en France, en collaboration avec le CNRS, et termine son service militaire en tant qu’archéologue. Ensuite, cette passion pour l’Antiquité ne le quittera pas durant son parcours artistique. Par sa technique de l’oblitération, il représente des personnages emblématiques de l’Histoire pour amener à la reconstruction de notre mémoire collective (Apollon, Poséidon, Vénus, ou encore César, entre autres). Il y a aussi le motif de la colonne, qu’il utilisera à plusieurs reprises dans des versions oblitérées ou volontairement inachevées, pour apparaître tel un vestige de plus. Et pour la création de ses œuvres, Sosno aura souvent recours, tout comme les antiques artistes et artisans, au marbre et au bronze qu’il travaille à l’aide des techniques les plus modernes et qu’il associe régulièrement aux matériaux contemporains, comme l’aluminium et l’acier.

Sosno et son geste artistique emblématique : L’Oblitération

En 1967, à la suite de sa formation en filmographie à La Sorbonne, Sosno devient reporter de guerre au Bangladesh, en Irlande et au Biafra, où il côtoie la mort au quotidien. Jusqu’où l’horreur de la réalité peut-elle être montrée ? Comment faire réagir les citoyens du monde sur la vérité sans les choquer ? A son retour en France, il répond à ce questionnement par son geste artistique emblématique, l’oblitération : Cacher pour mieux montrer. Cacher l’horreur, cacher la mort, cacher la une partie du visible pour mieux dévoiler la vérité. Avec les premières photographies partiellement masquées, il oblitère ainsi notre vision et nous pousse à voir autrement, à stimuler notre imaginaire, à devenir co-créateurs de ses œuvres. Sosno transpose ensuite son concept d’oblitération dans la sculpture et l’architecture à travers le prisme de l’Antiquité. L’importance de sa démarche et de ses créations lui vaudront d’être représenté par les galeries Beaubourg, Marisa del Ré, Marlborough. Guy Pieters. De nombreuses expositions ont présenté ses œuvres aux Etats-Unis (à Miami, West Palm Beach, Sarasota et Tampa), au Centre Georges Pompidou,
en Chine, à Monaco, à Nice… Il est également l’auteur de la fameuse « Tête carrée », première sculpture monumentale habitée (26 mètres de hauteur, Nice) et du « Guetteur » (20m de haut, Cagnes-sur-Mer).

Musée d’Archéologie de Nice Cimiez
160 av des Arènes de Cimiez
06100 Nice
Tél : +33(0)4 93 81 59 57
Email : musee.archeologie@ville-nice.fr

Du 19 mai au 30 septembre 2021 : Exposition Prix de la Ville de Menton – PhotoMenton lauréats 2019

Exposition Prix de la Ville de Menton - PhotoMenton lauréats 2019Cette nouvelle exposition a pour ambition de vous emmener dans les âmes de voyageurs, partis ici et ailleurs, qui désirent partager des rencontres avec des cieux, des lieux et des hommes.

Près d’une centaine de clichés seront présentés ; quatre regards autour du voyage, ceux de Patricia Bobillon, Jean Michel Bockler, Nicolas Landra et Anthony Turpaud .

« Le véritable voyage ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages mais à avoir de nouveaux yeux » disait Marcel Proust. Il est en effet autant de voyages que de regards, d’«objectifs ».

Le voyage est avant tout l’exploration d’un monde, proche ou lointain, dont on ne saurait savoir à l’avance si l’effet sera enrichissant ou décevant. Il est une école à ciel ouvert qui a le pouvoir de submerger le voyageur, de renouveler ses pensées, de recharger son inspiration, de lui ouvrir un destin inédit.

Se lancer dans le périple, quelle que soit la distance, nécessite de sortir de sa zone de confort pour se laisser porter. Un monde nouveau s’ouvre alors, un monde à déchiffrer : « Le voyage est fatal aux préjugés, à l’intolérance et à l’étroitesse d’esprit » affirmait Mark Twain.

Et finalement pourquoi l’Ailleurs fait-il autant vibrer ? Est-il si loin ? Ne révèle-t-il pas ce que les hommes ont au plus profond de leur âme.

Tarif plein : 2 € | Tarif réduit : 1 €

Ouvert du mardi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h
10 personnes maximum

Galerie d’art contemporain du Palais de l’Europe
8 avenue Boyer
06500 Menton
Tél. : 04 92 41 76 73

 

Du 22 mai au 26 septembre 2021 : Exposition Hubert Le Gall

Exposition Hubert Le Gall villa KérylosNée de la rencontre de l’univers poétique du designer et artiste Hubert le Gall avec ce rêve d’architecture qu’est la Villa Kérylos, l’exposition est une invitation au voyage dans une Grèce antique plus fantasmée que réelle. Créées spécifiquement pour l’occasion, une quarantaine de pièces (bureaux, tables, canapé, assises, candélabres, sculptures…) tissent ainsi des fils d’Ariane entre la topographie du lieu et les mythes éternels revisités par le créateur. Le visiteur découvrira l’oiseau-Alcyon à l’entrée de la villa Kérylos, le canapé de Pasiphaé dans le salon, le méchant Minotaure et le fil d’Ariane en forme de table autour du labyrinthe.

Villa Kérylos
Impasse Gustave Eiffel
06310 Beaulieu-sur-Mer
Tél. : 04 93 01 01 44
www.villakerylos.fr

Du 28 mai au 3 octobre 2021 : Exposition La poudre de beauté et ses écrins

 Exposition La poure de beauté et ses écrinsLe Musée International de la Parfumerie à Grasse et la Bibliothèque Forney à Paris co-organisent à partir de mai 2021 une exposition consacrée à la poudre de beauté de 1880 à 1980 autour de la collection particulière d’Anne de Thoisy-Dallem, présentée pour la première fois au public.

Cette exposition est l’occasion de faire dialoguer l’importante collection de poudriers d’Anne De Thoisy- Dallem avec le fonds remarquable de boîtes à poudre, flacons de parfum, réclames, affiches du Musée International de la Parfumerie, et les prestigieuses affiches de la Bibliothèque Forney. Ces œuvres seront enrichies de prêts institutionnels et privés afin de contextualiser et élargir l’approche thématique de cette exposition.

Horaires d’ouverture :
10h00 à 19h00 (mai – septembre). Fermé le 1er mai.

Tarifs :
– Plein tarif : 6 € pendant exposition temporaire
– 1/2 tarif : étudiants de plus de 18 ans, groupes à partir de 10 pers.
– Gratuité (sur justificatif) : – de 18 ans, demandeurs d’emploi, handicapés, ICOM, le 1er dimanche de chaque mois (automne/ hiver)

Musée International de la Parfumerie
2 boulevard du Jeu de Ballon,
06130 Grasse
Tél. : 04 97 05 58 11

Du 5 juin au 15 octobre 2021 : Exposition Gérard Eppelé – Un regard aveuglé sur le monde

Exposition Gérard Eppelé – Un regard aveuglé sur le monde« Un regard aveuglé sur le monde »

Gérard Eppelé est un artiste très prolixe qui à vécu 23 ans à Tourrettes-sur-Loup. C’est dans ce village qu’il a créé l’essentiel de son œuvre. Il a travaillé dans de nombreux domaines tels que le théâtre, le cinéma ou encore l’édition. Eppelé nous propose pour son exposition une sélection de peintures, dessins, gouaches et sculptures. Des photos de Claude Villers et des films complètent son exposition.
Gérard Eppelé observe, analyse et tente une compréhension de la nature humaine par une histoire personnelle qui remonte à l’enfance. Ce personnage exceptionnel qui hante toute son œuvre depuis les années 1950, « l’homme au pull noir », nous invite à regarder ce monde fou, un regard aveuglé explorant les images les plus sombres de notre réalité.
L’exposition « un regard aveuglé sur le monde » rend un vibrant hommage tant à l’artiste de 93 ans aujourd’hui qu’à la Peinture, une façon de redonner son sens premier aux mots dessin et dessein.

Espace Muséal
Place Maximin Escalier,
06140 Tourrettes-sur-Loup

Informations : Service culture au 04.93.59.40.78

Du 5 juin au 8 novembre 2021 : Exposition – Ferdinand Deconchy (1859-1946), peintre et ami de Renoir

Ferdinand Deconchy (1859-1946), peintre et ami de RenoirLe Musée Renoir accueille l’exposition Peintre et ami de Renoir consacrée à Ferdinand Deconchy. D’origine parisienne, il s’émerveille à la toute fin du XIXe siècle de la beauté de Cagnes, s’y installe et réussit quelques années plus tard à en devenir, de 1912 à 1919 le premier magistrat.

L’exposition que le musée Renoir lui consacre en 2021 est un évènement puisque la précédente et unique exposition qui avait rendu hommage à Ferdinand Deconchy s’était tenue au château-musée Grimaldi, en 1956, il y a 65 ans désormais.
Il était donc temps de redécouvrir ce peintre, discret dès son vivant et malheureusement quelque peu oublié aujourd’hui car son rôle en faveur de la notoriété de Cagnes fut éminent. Claude Renoir, le fils cadet de Pierre-Auguste Renoir l’avait bien perçu et résumé en quelques mots : « Tous ceux qui s’intéressent à la peinture connaissent Cagnes. Et si nous recherchons l’origine de cet enthousiasme pour notre pays, nous remontons obligatoirement à Ferdinand Deconchy ».

De grands noms célèbres marquent l’histoire artistique de Cagnes-sur-Mer : Pierre-Auguste Renoir, André Derain, Chaïm Soutine, Amedeo Modigliani… Charmés par l’architecture vernaculaire, les paysages méditerranéens, la lumière, ils ont aimé peindre Cagnes et ses atours.
Ils furent si nombreux à fréquenter les lieux que le qualificatif de « cité des Peintres » s’est imposé pour désigner le village. Parmi eux Ferdinand Deconchy.

Musée Renoir
19 Chemin des Collettes,
06800 Cagnes-sur-Mer
Tél. : 04 93 20 61 07

Du 11 juin au 30 septembre 2021 : Pierre Matisse, un marchand d’art à New York

Pierre Matisse, un marchand d’art à New YorkEn consacrant une grande exposition à Pierre Matisse, le Musée Matisse revient sur le parcours exceptionnel du plus jeune fils d’Henri Matisse, marchand d’art à New York et figure incontournable du monde de l’art moderne.

Pendant près de soixante années, la Pierre Matisse Gallery a joué un rôle considérable pour la défense de l’art moderne français et européen aux États-Unis, durant une période qui a façonné les grandes collections américaines privées et institutionnelles. À travers plus de trois cents expositions, c’est toute une génération d’artistes européens qui a ainsi pu exister sur la scène new-yorkaise et contribuer à son dynamisme.

Pierre Matisse s’est employé à construire des notoriétés et à valoriser les carrières américaines des grandes figures de la galerie que furent Henri Matisse, Joan Miró, Alexander Calder, Balthus, Alberto Giacometti, Jean Dubuffet et Marc Chagall, pour ne citer que les principaux. Son action visait plus à défendre des singularités qu’à soutenir des courants, qu’ils portent le nom de fauvisme, de cubisme ou de surréalisme, ou encore d’École de Paris. Sans prétendre à l’exhaustivité, l’exposition Pierre Matisse, un marchand d’art à New York retrace cette odyssée à travers près de soixante-dix œuvres de vingt-trois artistes essentiels de la galerie.

Musée Matisse
164 av des Arènes de Cimiez
06000 Nice
Tél : +33(0)4 93 81 08 08
http://www.musee-matisse-nice.org

Du 12 juin au 3 janvier 2022 : Biennale de l’UMAM

Biennale de l’UMAML’art contemporain est de nouveau à l’honneur au château-musée Grimaldi avec la nouvelle biennale de L’union méditerranéenne pour l’art moderne. 41 artistes contemporains sont représentés par leur œuvre autour du thème de cette édition : « Moi, Je ». En puisant dans le vaste panorama thématique qu’offrent les collections du château-musée le sujet de la biennale 2021 de l’Union méditerranéenne pour l’art moderne (UMAM) est né.

La salle du château présentant les nombreux portraits de Suzy Solidor issus de la donation de 1973 illustre en effet ce « Moi, Je » de manière évidente. Ainsi que la donation de portraits du poète, peintre et écrivain André Verdet au début des années 2000.
L’édition de cette biennale de l’UMAM rend compte de la vitalité et de la modernité de l’expression du moi dans l’art contemporain. Tel un jalon pour une histoire de notre temps.

Venez profiter de la réouverture des musées avec cette exposition exceptionnelle qui réunit les œuvres d’artistes confirmés et des productions de la nouvelle génération autour du « Moi, je » que chacun aura pu amplement questionner lors des confinements successifs que nous venons de vivre.

La ville de Cagnes-sur-Mer est fière de vous présenter cette biennale de l’UMAM qui entretient avec le château musée une longue tradition désormais dont les prémices s’esquissent au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour s’établir dans les années 1950 et participer pleinement à la construction de l’identité du musée dont les collections ont le charme troublant et fascinant de la variété.

Château-musée Grimaldi
Place du Château,
06800 Cagnes-sur-Mer
Tél. : 04 92 02 47 35